Carnet de route

Week-end surf alpi... mais pas que... à Trient

Le 17/02/2013 par POHL Olivier

La section surf alpinisme est née cette année  au sein du Club Alpin de Belfort. Une première sortie d’initiation, en janvier,  a permis aux convives de maitriser les techniques de progression (portage ou traction de la planche, de cramponnage et d’encordement). Un petit groupe composé de 3 cafistes de Belfort (Clément, Laurent et moi-même) s’est retrouvé dans les couloirs du Ballon. Nous avons même réussi à débaucher un cafiste de Mulhouse : Mikael.

 

 

La deuxième sortie du 16 et 17 février a comme objectif l’ascension du sommet de Pointe Ronde par son arête nord. L’enneigement est important dans le massif du Mont-blanc, le bulletin annonce 3,40 mètres à 2500 m ! Il y a beaucoup neigé début février et lors de la réunion de préparation, je décide de ne pas parcourir l’arête en raison de la présence des corniches.

 

Notre groupe de surfeurs du Ballon est complété par 4 autres cafistes, Christine, Laure, Marion et Michel. Nous logerons chez Eliane, au Relais du Mont-Blanc, à Trient. J‘ai découvert cette bonne adresse grâce à Jean-Luc lors d’une sortie cascade. Le Relais du Mont-blanc a tout pour plaire pour un groupe de cafistes : des dortoirs confortables, une grande salle commune où l’on peut s’étaler et équipée d’un coin cuisine en « gestion libre », avec la vaisselle qui va avec, les fenêtres pour rafraichir nos bières et un tarif qui n’a rien à voir avec ceux pratiqué en Suisse et pourtant nous y sommes !!!

Nous arrivons donc dès le vendredi soir, pour profiter de ce luxe. Afin d’être en forme pour le samedi, les spaghettis bolo sont au menus. Et nous n’avons pas besoin de nous lever tôt pour notre course du samedi.

 

Samedi matin, la météo est conforme aux prévisions : c’est un peu couvert, mais ça se lève ! Les dernières chutes de neiges datent de mercredi et le soleil est promis pour tout week-end. Le risque d’avalanche indiqué sur le BRA est à 2. Serait-ce le week-end de rêve ???

Les filles galopent en tête sur toute la montée. La trace est faite mais ça brasse quand même un peu en raquette pour les tracteurs…. J’en profite pour observer l’itinéraire initialement prévu (l’arête nord) et la course du lendemain, notamment le couloir N-E qui part de la Croix de Prélayes. Nous sommes au sommet vers 13h30 pour la pause de midi mais nous ne sommes pas les seuls. Les bonnes conditions ont attiré du monde. Le début de la descente dans la combe est un régal, il y a de la place, chacun peut faire sa trace.

Au col, je tire sur le versant E pour prendre les pentes les plus raides avec des passages ponctuels proches des 40°. J’ai besoin de savoir comment se comporte mon groupe dans ce genre de pente et de neige. Tout le monde se débrouille super bien, il faut avouer que c’est plutôt un ski « facile », il y a de la pente mais la grosse poudreuse profonde et légère empêche de prendre trop de vitesse. Un vrai régal, cette grosse peuf !!! Ca faisait longtemps que je n’avais pas eu ce genre de conditions !!!

Vu que tout se passe pour le mieux, je rajoute une dernière difficulté : la Combe des Faces. C’est par cet itinéraire « half pipe », raide et étroit que nous terminerons notre descente. Du coup, la base de la Combe arrive plus bas que notre point de départ. La course de la journée se termine donc par une grimpette de 200 mètres.

 

Super journée ! La suite est traditionnelle : dépoussiérage, douche, apéro, préparation du repas, hydratation, noix bio de chez mon oncle, riz au thon et crème, fondant au chocolat, et crèmes Mont-Blanc. Avant de nous coucher, nous faisons le point sur la course du lendemain.

La course du dimanche ne sera pas longue afin de ne pas arriver trop tard à Belfort. L’objectif est le sommet de la Croix des Prélayes et surtout son couloir Nord-Est. Pour l’atteindre, j’ai choisi l’itinéraire direct par l’arête Nord. Nous atteignons les bergeries des Prélayes ski aux pieds et planches tractées. Puis nous montons sur le fil de l’arête. De là, le portage des skis et des snowboards est de mise. Quelques ressauts rocheux sont à franchir. Marion décide de ne pas aller plus loin mais nous avions envisagé cette hypothèse. Elle devra m’attendre, bien installée sur un caillou au soleil, face au glacier de Trient, le temps que j’accompagne le groupe jusqu’au sommet.

Le sommet n’est pas loin. Comme je dois rejoindre Marion, je ne pourrai pas descendre ce magnifique couloir qui s’offre à nous… Un petit briefing à Clément et Christine permet de bien définir l’itinéraire ainsi que les zones de regroupements. Tout mon groupe descend, un par un, le couloir et je les surveille du haut. Les consignes sont respectées… Whaa, ça à l’air vachement bon !

Je rejoins au pas de course Marion, qui m’attend sagement sur son caillou ensoleillé. Elle n’a pas eu froid. Nous redescendons plus ou moins par l’itinéraire de montée et la neige est toujours aussi magnifique. A 12 heures, nous sommes de retour au parking pour la pause casse-croute.  Et à 18 heures, tout le monde est à Belfort.

CLUB ALPIN FRANCAIS BELFORT

5 RUE DE LA MECHELLE
90000  BELFORT
Permanences :
jeudi 18:30-19:30
Activités du club