Carnet de route

Mont Blanc de Cheilon - 3870 m

Le 21/07/2013 par Philippe Croissant

J’avais programmé initialement la sortie alpi commune Belfort/ Montbéliard du w-e des 20 et 21 juillet au Tour Noir dans le massif du Mont Blanc.

Malheureusement, les conditions météo – chaudes- ayant dégradé les conditions de cette course, je l’ai remplacé par le Mont Blanc de Cheilon dans le Valais, sortie initialement programmée en juin mais qui n’avait pas pu avoir lieu en raison du trop de neige.

 

Nous voilà donc partis samedi matin avec Michel et Pierre-Yves du CAF de Belfort et Patrick et moi-même du CAF de Montbé. Le temps (assez long) du trajet et de la montée au refuge perché à 2925 m d’altitude et nous arrivons juste à l’heure pour le diner. Le refuge était plein mais pas qu’avec des alpinistes...

La preuve, une bande de suisses partis pour une beuverie et un chahut jusque tard dans la soirée, les plus bourrées étant les femmes, c’était du propre…

Le matin départ à 4h00. Nous gagnons un col à 3200m, point de départ de l’ascension. Pierre-Yves et moi-même sur la première cordée, Michel et Patrick sur la seconde.

S’en suit l’ascension sympathique d’une arête rocheuse en 3 ; l’occasion de travailler la progression en corde tendue et les longueurs d’encordement. Nous débouchons ensuite sur une pente de neige à 25°, sympathique et idéale pour le cramponnage que nous remontons jusqu’à une autre arête rocheuse permettant de gagner le sommet. Cette deuxième arête, un peu plus gazeuse que la première et nécessitant de l’attention met à rude épreuve mes partenaires dans le passage clé final en 4. Après quelques hésitations, tout le monde se retrouve heureux au sommet pour une franche poignée de main. Le temps est splendide.

 

La descente consacre en particulier un couloir de neige à 40° : là aussi, de l’attention est nécessaire mais la bonne qualité de la neige, croutée au dessus et plus molle en dessous permet une descente face à la pente. C’est l’occasion de parfaire sa technique mais ce n’est pas toujours évident au début : Pierre-Yves fait alors ses grands débuts. Il est alors midi et la dernière pente de neige assortie d’une belle glissade finit de nous convaincre qu’il ne fallait pas revenir du sommet plus tard car la neige se ramollit dangereusement sous l’effet de la chaleur. Nous revenons au refuge à 13h00.

 

Encore 3h00 de marche et 4h00 de voiture et nous revenons à la maison contents de cette sortie faite dans la joie et la bonne humeur. Malgré la cotation relativement modeste de la course, PD-, les quelques passages un peu techniques et la longueur de la course – 9h00 de refuge à refuge – sont là pour rappeler qu’une course en haute montagne nécessite un engagement physique conséquent et un minimum de bases techniques.

 

Philippe







CLUB ALPIN FRANCAIS BELFORT

5 RUE DE LA MECHELLE
90000  BELFORT
Permanences :
jeudi 18:30-19:30
Activités du club